Le vin : la santé dans le verre ?

Le vin : la santé dans le verre ?

« Buvez toujours, vous ne mourrez jamais » : voilà ce qu’écrivait Rabelais au XVIème siècle. Aujourd’hui, les liaisons qu’entretiennent vin et santé ne sont plus ce qu’elles étaient alors. Si certains prônent les effets bénéfiques du vin sur la santé, à faible dose, de nombreux autres soulèvent son effet dévastateur. La question divise… Alors que les vendanges 2012 ont, dans certaines régions, déjà commencé, interrogeons-nous sur les bienfaits du vin.

 

Les polyphénols, bons ou mauvais ?

Dès les années 90, des chercheurs américains se sont interrogés sur ce qu’ils appellent le « french paradox » : alors que les français cumulent les facteurs de risque concernant les maladies cardiovasculaires (tabagisme, cholestérol, hypertension), ils présentent un faible taux de mortalité lié à ces mêmes risques. Questionné sur ce paradoxe, le chercheur français Serge Renaud déclarait alors que c’est peut-être le vin qui permettrait cette protection étonnante…

Scientifiquement, ce sont dans les tanins (c’est-à-dire la substance contenue naturellement dans le raisin et qui donne au vin, rouge surtout, son caractère et sa longévité) que se trouverait cette protection. En effet, les tanins contiennent une forte concentration de polyphénols. Ces derniers, aussi présents dans les végétaux, sont connus pour leurs propriétés bénéfiques pour l’organisme. Ce sont des antioxydants puissants et il est prouvé aujourd’hui qu’ils bloquent la prolifération des cellules cancéreuses. Dans le vin, ces polyphénols sont particulièrement bien conservés. De plus, il est admis que l’alcool permet de faciliter leur absorption par le corps humain.

Pour d’autres chercheurs, on ne peut réduire le « french paradox » à la consommation de vin. Toute l’alimentation peut être prise en considération pour justifier le paradoxe : une nourriture moins calorique, plus variée et contenant davantage de fruits et légumes, d’huile d’olive, de poissons… En réalité, comme le soulève le professeur de médecine Claude Got, ancien président du collège scientifique de l'Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT), ce sont surtout les personnes vivant dans le sud de la France qui présentent moins de décès liés aux accidents cardiovasculaires… Les détracteurs des bienfaits du vin accusent aussi ses producteurs d’être les initiateurs des études publiées sur les polyphénols. Derrière ces affirmations se cache un enjeu économique important pour les professionnels du vin.

Ces dernières années, d’autres travaux ont permis de mettre en avant les bienfaits du resvératrol, un polyphénol particulier présent dans le vin qui agit comme antioxydant sur des « gènes de longévité ». Le resvératrol les active et augmente leur durée de vie et donc celle de l’organisme. Il est ainsi prouvé que le vin a aussi un effet bénéfique sur le vieillissement.

 

Tout est question de dose…

En réalité, tout est une question de quantité. On ne peut tirer de conséquences hâtives sur les bienfaits du vin en général, mais on peut en revanche admettre qu’une petite dose de vin quotidienne peut être bienfaisante pour prévenir les maladies cardiovasculaires, certaines maladies neurodégénératives et même certains cancers. Selon le professeur Claude Got, « nous avons constaté qu'une faible consommation de vin, de l'ordre de un à deux verres par jour, permettait de réduire la mortalité par maladies coronariennes. Mais (…) dès qu'on dépasse la faible dose, on a un fort accroissement du risque ». Il ajoute : « Globalement, l'alcool fait plus de mal que de bien. Lorsque les gens diminuent leur consommation, on observe une baisse des dégâts par maladie et par accident. En France, il y a eu une baisse de 40 % de la consommation depuis le pic constaté au début des années 70 et on constate depuis une forte diminution des cirrhoses du foie ».

Ces dernières années en effet, la consommation de vin des Français a beaucoup diminué : 35 millions d’hectolitres en 2005 contre 54 millions en 1975 ! Et depuis 2005, cela ne cesse de diminuer. Le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) a publié une étude en 2008 qui montre que la baisse de la consommation est accompagnée d’une prise de conscience de la liaison qu’entretiennent santé et alimentation. Et pour 51% des Français, après la charcuterie, le vin est le deuxième produit présentant des risques pour la santé! Alors même que nos scientifiques affirment les effets bénéfiques de certaines molécules contenues dans le vin sur la santé, le phénomène de réticence à son égard s’explique, selon le Credoc, par le fait que le vin n’est plus considéré comme un produit du terroir mais comme, notamment à cause du « lobby anti-alcool », n’importe quelle boisson alcoolisée.

 

Toutes ces informations ne permettent pas d’avoir un avis très clair sur les rapports entre le vin et la santé. Que faire alors ? Si vous ne consommez pas d’alcool, mieux vaut ne pas commencer parce qu’il est toujours dangereux de tomber dans la surconsommation. Pour ceux qui consomment du vin, il est possible de profiter des composants qui pourraient entraîner des effets positifs sur la santé sans pâtir des effets néfastes. Pour cela, il faut préconiser la modération ! On considère que la consommation quotidienne d’alcool doit rester inférieure à trois verres pour les hommes et à deux verres pour les femmes.

Attention, « l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération ».

 

-----------------------------------------

POUR ALLER PLUS LOIN :

-----------------------------------------

 

Références :

 

 

 

 

Vos commentaires (3)

Voir le profil de rosette654
temoignage un verre de bon vin peut en amener un autre...L'essentiel est que ce ne soit qu'occasionnel, je pense, là, c'est appréciable, et encore faut-il que ce soit avec "modération" comme toute bonne chose ! "Un verre oui ! de temps à autres à condition que cela ne devienne pas une habitude... "Ce qui devient habituel et nécessaire finit peut-être un jour par devenir maladif ? Ceci n'est qu'une supposition ! Mais allez donc savoir ?
Voir le profil de réaully
temoignage Je suis tout à fait d'accord avec vous. Une fois de temps en temps, ça ne fait pas de mal ! ;-)
Voir le profil de wanou
temoignage Un petit verre de vin avec un bon repas et des amis... ça fait du bien au palais et au moral ! Après rien d'obligatoire !
Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires