Le Lupus, c'est quoi ?

Cette maladie auto-immune qui touche principalement les femmes de 15 ans à 40 ans est peu connue. Elle peut toucher de nombreuses parties du corps, dont les articulations, la peau, les reins, le cœur, etc. Cette vidéo, produite par TéléToulouse permet de mieux appréhender cette maladie.

Si vous désirez plus d'informations, échanger, c'est ici : Lupus

Vos commentaires (1)

Voir le profil de clau07
temoignage bonjour, j'ai un lupus et je suis à la recherche d'un traitement efficace car pouyr l'instant tout ce que j'ai pu absorber ne m'a apporté que des effets secondaires et peu de résultats pour soulager douleurs articulaire et épuisement physique . j'ai pris pendant une dizaine d'année du cortancil jusqu'à ce que je fasse un faux cushing et qu'on me l'interdise. J'en ai gardé en souvenir 25 kg suplémentaire à mon poids de base. J'ai eu ensuite des antiinflamatoires non stéoridien (qui ne m'on pas soulagée) et des antalgiques dont l'action est très "superficielle" et éphémère. Actuellement j'absorbe du méthotrexate et du plaquénil, malgré ces traitements absorbés depuis 3 ans, je subi encore des poussées régulièrement et il ne se passe pas un jour sans que j'ai des douleurs et des plaques de lupus cutané. j'ai même pris un anti dépresseur sur les conseils ma rhumato qui était persuadée que je déprimais et que mes douleurs étaient psycho-somatiques malgré ma bonne volonté et les conseil d'un psychiatre, j'ai toujours mal, mes articulations gonflent et j'ai des plaques en forme de disques qui apparaissent et disparaissent avec ou sans traitement (sur le visage, le décolleté dans les cheveux, dans la bouche, au niveau des articulations et depuis peu sur les doigts. je sais bien que personne sur ce site ne connais le traitement de cette maladie (il serait célèbre). je vous apporte juste mon témoignage pour vous dire qu'il est très difficile de faire comprendre aux médecins la souffrance que l'on éprouve et qu'il ne faut pas despérer même si on vous fait passer pour un ou une "Neuneu". Ce que mon psy m'a appris( car j'ai mis toutes les chances de mon coté et j'ai accepté de suivre une thérapie de soutien) c'est que les médecins sont bien fragiles face à une souffrance incurable, elle les dérange et ils préfèrent rationnaliser en disant que c'est le malade qui a un problème "psy" plutot que de reconnaitre leur incompétance en la matière. Je ne dis même plus à ma rhumato que j'ai mal pourtant elle continue à me prescrire des antalgiques avec le méthotrexate...surprenant mais c'est comme ça car je n'ai pas d'autre possibilité et j'ai besoin de ce traitement insatisfaisant mais qui me permet de bouger sans pleurer de douleur.
Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires